Catégorie : Actions du SIRTI

Les radios indépendantes, soutien puissant des artistes français, s’associent à la #ScèneFrançaise

Les radios indépendantes, soutien puissant des artistes français, s’associent à la #ScèneFrançaise

Partenaires de toujours de la filière musicale française, les radios indépendantes soutiennent massivement les artistes pendant cette crise. 

Les radios indépendantes valorisent depuis le début les artistes, jeunes talents ou artistes confirmés, ils sont tous sur les ondes des radios indépendantes, qu’elles soient thématiques (FG, Latina, M Radio, OÜI FM, Swigg, Chante France) ou régionales (Scoop, Alouette, Contact FM, Tendance Ouest, 100 %, Vibration, Evasion etc.) ou locales (Delta FM, Fréquence Plus, RMN, RTS, Océane FM, Inside Radio, RVM etc.) avec une exposition unique sur leurs ondes et/ou en ligne. 

Très présentes durant le confinement, les radios indépendantes ont permis aux artistes de maintenir un lien avec leur public, en les recevant à l’antenne. Elles sont revenues à la fois sur les initiatives solidaires des artistes (notamment sur les titres enregistrés ou les gestes solidaires), comme sur leur actualité musicale. Elles ont permis au spectacle vivant de continuer à exister en diffusant des concerts réalisés en confinement, en les relayant ou en rediffusant des concerts qu’elles avaient pu organiser. Ainsi la radio Alouette a accueilli pas moins de 10 artistes français en direct dans sa matinale pour le seul mois d’avril, de Bob Sinclar à Clara Luciani en passant par les Frangines ou Pascal Obispo, la radio s’est mobilisée pour la scène française.

Les exemples sont nombreux comme Radio Scoop qui a organisé des concerts avec des artistes dont Marina Kaye, Diva Faune, Elsa Esnoult, Dadju ou encore Tibz. La radio lyonnaise n’est pas la seule à mettre en avant les concerts, dans l’Ouest, la radio Hit West a fait de même avec les «?LIVE — Fait Maison?!?» de jeunes talents comme Mister Mat ou des artistes confirmés à l’image de Cali. Swigg à Paris a aussi partagé des «?lives session?», pour certaines totalement inédites, réalisées pour la station par Alonzo, Bramsito, Hamza, Kaaris, ou encore YL, quelques-uns des meilleurs artistes rap et r’n’b du moment. Il est difficile d’évoquer toutes les initiatives car quasiment toutes les radios ont organisé ou diffusé de nombreux concerts de la scène française : OÜI FM, Top Music, Sweet FM, Champagne FM, Contact, Forum,100%, FG, Totem, Inside radio, Voltage, Vibration ou encore Wit FM, au total, plus d’une centaine de radios s’est mobilisée pour la scène française. 

Et les radios indépendantes vont même plus loin en permettant aux artistes de retrouver la scène après le confinement.

Ainsi, dernièrement, la radio 100% a créé l’événement en organisant le premier concert «?drive-in?» en France le «?100 % live, dans la voiture?». Les spectateurs ont pu vivre une expérience inédite et redécouvrir le plaisir d’assister à un concert. Le concert a regroupé un plateau de différents artistes français comme TIBZ, La Deryves ou encore Boulevard des Airs. L’expérience sera reproduite à Tarbes pour la fête de la musique, avec là-encore des artistes de la scène française.

Les radios indépendantes sont aussi le partenaire de la tournée d’été organisée du 28 juillet au 29 août par BPIFrance, le BIG Tour, et vont permettre aux artistes de renouer avec la scène et leur public à travers 21 dates.

De nombreuses radios annoncent également l’organisation pour la rentrée de concerts comme la radio Vibration avec son Tour Vibration en septembre ayant réuni plus de 120 000 spectateurs en 5 dates lors de l’édition précédente.

Partenaires naturelles de l’opération #SceneFrançaise, les radios indépendantes s’engagent et soutiennent les artistes.

RADIO NUMÉRIQUE EN DAB+ /ÉQUIPEMENT DES RÉCEPTEURS DE RADIO DAB+, UNE NOUVELLE ÉTAPE FRANCHIE AVANT NOËL

Alors que le DAB+ se déploie progressivement en France et que plus d’un quart de la population française est maintenant couverte, l’intégration de cette technologie dans la majorité des récepteurs de radio devient obligatoire à compter du 21 décembre 2019, une mesure essentielle pour permettre l’accélération du taux d’équipement des Français. 

Le DAB+ se développe, les équipements permettant l’écoute de la radio évoluent.

De plus en plus d’auditeurs peuvent accéder à la radio en DAB+ en profitant d’une meilleure qualité de son et d’un plus grand choix de programmes. Après Paris, Marseille, Nice, les Hauts-de-France, l’Alsace, la grande métropole lyonnaise, les Pays de la Loire et la Normandie… le déploiement du DAB+ se poursuit : le CSA vient d’autoriser des radios en DAB+ à Arcachon, Bordeaux et Toulouse pour des émissions qui démarreront au début de l’année 2020.

Le renouvellement des récepteurs pour l’écoute de la radio en DAB+ est donc essentiel pour accompagner ce déploiement au cours des prochains mois dans de nouvelles villes importantes et sur les grands axes routiers.

En effet, le franchissement en décembre 2018 du seuil de 20% de population française couverte par le DAB+ a conduit au déclenchement par le CSA des obligations d’équipement des récepteurs radio avec la norme en DAB+ : 

> fin décembre 2019 : pour tous les postes, hors autoradios ;

> fin juin 2020 : pour tous les terminaux permettant de recevoir la radio, y compris les autoradios.

Les auditeurs auront donc accès dans quelques jours à une large offre de postes compatibles.

L’entrée en vigueur de cette norme légale est un enjeu majeur à l’approche des fêtes de Noël, une période propice aux achats d’équipements audio, dont les récepteurs de radio. Il est donc essentiel que les consommateurs puissent facilement identifier les postes compatibles afin d’éviter de renouveler leur matériel sans bénéficier de la technologie DAB+, devenue obligatoire.

Signature par le SIRTI de la Charte relative à la représentation des personnes handicapées et du handicap dans les médias audiovisuels

Il y a plusieurs mois, le CSA et les éditeurs audiovisuels, en lien avec le Secrétariat d’État auprès du Premier ministre chargé des personnes handicapées, ont décidé de travailler de concert pour s’efforcer d’améliorer la représentation des personnes handicapées et du handicap dans les médias audiovisuels, tant quantitativement que qualitativement.

Cet engagement s’est matérialisé par la rédaction d’une Charte comprenant plusieurs engagements ambitieux portant sur :

  • la valorisation des parcours individuels des personnes handicapées, dans leur diversité ;
  • la parole devant être donnée aux personnes handicapées pour parler d’autres sujets que leur handicap ;
  • la présentation du handicap de façon positive et inclusive et pas seulement compassionnelle.

Le SIRTI s’est impliqué tout au long du processus d’élaboration de ce texte afin qu’il réponde au mieux aux enjeux et spécificités du média radiophonique, et contribuer ainsi à faire en sorte que le regard de la société vis-à-vis des personnes handicapées change.

Le SIRTI se réjouit de l’aboutissement de ce travail et d’être signataire, ce jour, au Musée de l’Homme de la Charte relative à la représentation des personnes handicapées et du handicap dans les médias audiovisuels, en présence d’Édouard Philippe, Premier ministre, Franck Riester, Ministre de la Culture, Sophie Cluzel, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées et Roch-Olivier Maistre, Président du CSA.

Radiodiffusion / début des négociations pour une nouvelle convention collective

Vers une nouvelle convention collective de la Radiodiffusion : les partenaires sociaux entament les négociations


Une importante réforme des branches professionnelles, visant notamment à en réduire leur nombre, a été engagée par le Ministère du travail depuis plusieurs années. Celles, bien que nationales, constituées de moins de 5 000 salariés sont notamment ciblées par cette réforme et, sont invitées à fusionner avec d’autres ou à élargir leurs champ.
L’actuelle Convention collective de la radiodiffusion est concerné par cette situation puisque ne regroupant que les entreprises du secteur privé (hors les radios généralistes RTL, Europe 1 et RMC), elle atteint à peine les 5 000 salariés. 
Un accord de méthode a été signé le 17 janvier 2019. Il vise à encadrer les négociations portant sur la création d’une nouvelle convention collective regroupant l’ensemble des entreprises de radiodiffusion privées et publiques (Radio France). Il a été signé par les organisations professionnelles suivantes : CNRA, SIRTI, SMSP, SRN, SNRC et SRGP ainsi que les organisations syndicales CFDT et USNA-CFTC. 

Cet accord de méthode permettra ainsi d’inclure les radios dites « généralistes » et les radios de services publics au sein d’une grande branche radiodiffusion qui comptera plus de 12.000 salariés.
Les partenaires sociaux ont décidé d’engager les premiers travaux en cette fin d’année 2019, afin de respecter le calendrier établi par l’accord de méthode.


Le SIRTI rappelle que jusqu’à l’établissement d’un nouveau texte la CCN de la Radiodiffusion (IDCC 1922) continue de s’appliquer pour les seules structures actuellement couverte par son champ.