Catégorie : DAB+ Radio numérique terrestre

DAB+ : ARRIVÉE EN OCCITANIE ET EN NOUVELLE-AQUITAINE. LES RADIOS INDÉPENDANTES, MASSIVEMENT AU RENDEZ-VOUS.

DAB+ : ARRIVÉE EN OCCITANIE ET EN NOUVELLE-AQUITAINE. LES RADIOS INDÉPENDANTES, MASSIVEMENT AU RENDEZ-VOUS.

Après Paris, Marseille, Nice, Lyon, Mâcon, Nantes, La Roche-sur-Yon, l’Alsace, le Nord, le Pas-de-Calais et la Seine-Maritime, le DAB+ couvre depuis le 5 novembre 2020 Toulouse, Montauban, Bordeaux et Arcachon. Désormais, ce sont 82% des 170 radios indépendantes représentées par le SIRTI qui sont sélectionnées pour émettre en DAB+. Le DAB+ est une technologie majeure pour la modernisation de la radio – libre, gratuite, anonyme et peu consommatrice d’énergie – qui doit être soutenue par l’État.

Avec le lancement en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, le DAB+ est une réalité pour 40% des Français et d’ici fin 2020, sera intégré obligatoirement dans tous les autoradios neufs. La France rattrape son retard par rapport à ses voisins européens : 84% de la population est couverte en Italie, 97% en Grande-Bretagne, et 98% en Belgique et en Allemagne.

Diversité des radios, contenus enrichis grâce aux données associées (textes, images, Electronic Program Guide 1 ), recherche des stations plus intuitive, meilleure qualité sonore, continuité de l’écoute, notamment sur la route, autant d’atouts faisant du DAB+ une technologie innovante, en complément de la FM.

Le DAB+ ouvre par ailleurs des opportunités de développement considérables au cœur des territoires en renforçant la diversité, le pluralisme et l’attractivité de l’offre radio, un plus considérable pour les auditeurs.

Confrontées au contexte de crise économique actuelle, les radios indépendantes représentées par le SIRTI en appellent au soutien des pouvoirs publics afin de parvenir à financer, sans retard préjudiciable, le déploiement le plus large possible du DAB+ en France.

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « L’accompagnement attendu pour le média radio et le DAB+ devra d’abord être financier afin de contribuer à la diffusion, le temps pour les radios de retrouver un équilibre économique dans la crise actuelle. Le média radio attend également un accompagnement des pouvoirs publics sur le plan de la communication. Nous constatons encore trop souvent que les auditeurs ayant accès au DAB+ dans certaines régions l’ignorent. À l’instar de ce qui avait été fait lors du passage à la TNT, il est essentiel que les Français soient informés de ce nouveau mode de diffusion et de ses avantages.

RADIO NUMÉRIQUE EN DAB+ /ÉQUIPEMENT DES RÉCEPTEURS DE RADIO DAB+, UNE NOUVELLE ÉTAPE FRANCHIE AVANT NOËL

Alors que le DAB+ se déploie progressivement en France et que plus d’un quart de la population française est maintenant couverte, l’intégration de cette technologie dans la majorité des récepteurs de radio devient obligatoire à compter du 21 décembre 2019, une mesure essentielle pour permettre l’accélération du taux d’équipement des Français. 

Le DAB+ se développe, les équipements permettant l’écoute de la radio évoluent.

De plus en plus d’auditeurs peuvent accéder à la radio en DAB+ en profitant d’une meilleure qualité de son et d’un plus grand choix de programmes. Après Paris, Marseille, Nice, les Hauts-de-France, l’Alsace, la grande métropole lyonnaise, les Pays de la Loire et la Normandie… le déploiement du DAB+ se poursuit : le CSA vient d’autoriser des radios en DAB+ à Arcachon, Bordeaux et Toulouse pour des émissions qui démarreront au début de l’année 2020.

Le renouvellement des récepteurs pour l’écoute de la radio en DAB+ est donc essentiel pour accompagner ce déploiement au cours des prochains mois dans de nouvelles villes importantes et sur les grands axes routiers.

En effet, le franchissement en décembre 2018 du seuil de 20% de population française couverte par le DAB+ a conduit au déclenchement par le CSA des obligations d’équipement des récepteurs radio avec la norme en DAB+ : 

> fin décembre 2019 : pour tous les postes, hors autoradios ;

> fin juin 2020 : pour tous les terminaux permettant de recevoir la radio, y compris les autoradios.

Les auditeurs auront donc accès dans quelques jours à une large offre de postes compatibles.

L’entrée en vigueur de cette norme légale est un enjeu majeur à l’approche des fêtes de Noël, une période propice aux achats d’équipements audio, dont les récepteurs de radio. Il est donc essentiel que les consommateurs puissent facilement identifier les postes compatibles afin d’éviter de renouveler leur matériel sans bénéficier de la technologie DAB+, devenue obligatoire.

Lancement du DAB+ dans les Pays de la Loire

Communiqué du SIRTI 

RADIO NUMÉRIQUE EN DAB+ 

LANCEMENT DANS LES PAYS-DE-LA-LOIRE, LE SIRTI SE FÉLICITE DE L’ARRIVÉE DE  28 RADIOS INDÉPENDANTES

Dans le cadre du déploiement progressif du DAB+ en France, les auditeurs peuvent dès à présent écouter la radio numérique dans une nouvelle région : les Pays-de-la-Loire. Après Paris, Marseille, Nice, les Hauts-de-France, l’Alsace et la grande métropole lyonnaise, le DAB+ a démarré le 2 juillet dans trois agglomérations des Pays-de-la-Loire : La Roche-sur-Yon, Nantes et Saint-Nazaire.

28 radios indépendantes y seront présentes. Parmi elles, 7 radios émettront pour la première fois en DAB+ : RCA, Radio Caroline, Forum, Vibration, Radio Bonheur, Océane FM, Oxygène Radio.

Ces radios s’ajoutent aux 71 radios indépendantes qui émettent déjà en DAB+. La prochaine zone où les auditeurs pourront écouter la radio en DAB+ sera Rouen, dès la rentrée.

La vitesse de déploiement du DAB+ est essentielle pour suivre l’accélération du taux d’équipement des Français. En effet, selon l’Observatoire de l’équipement audiovisuel des foyers, le taux d’équipement en postes DAB+ est passé en 2018 de 8% à 13% de la population, soit une progression de 60 % en un an.  Et si aujourd’hui, seulement 9 % des autoradios sont compatibles en DAB+, le dépassement du seuil des 20% de la population couverte a rendu obligatoire l’intégration de la technologie DAB+ dans les véhicules neufs et les récepteurs de radio. Le taux d’équipement devrait donc progresser très rapidement.

Le SIRTI se félicite de la forte présence des radios indépendantes et réaffirme leur engagement dans le déploiement du DAB+, condition essentielle de la souveraineté culturelle et numérique de l’État. La radio numérique terrestre est la seule à garantir une réception, libre, gratuite et anonyme. Le SIRTI rappelle donc l’importance de la promotion du DAB+ auprès du grand public comme cela avait été le cas pour le déploiement de la télévision numérique terrestre.

DAB + : les radios indépendantes répondent encore une fois présentes et se félicitent de la participation des groupes nationaux à leurs côtés.

COMMUNIQUÉ DU SIRTI 

Appel DAB+ métropolitain : les radios indépendantes répondent encore une fois présentes et se félicitent de la participation des groupes nationaux à leurs côtés.

Le SIRTI et les 169 radios indépendantes qu’il représente soutiennent la radio numérique terrestre – aujourd’hui appelée DAB+ – seule alternative technologique permettant à la France de préserver sa souveraineté numérique, le maintien d’un écosystème radiophonique dynamique ainsi qu’une offre régulée.

Présentes à Paris, Marseille, Nice, Lille, Lyon, Strasbourg, Nantes, Rouen et prochainement sur près de vingt grandes agglomérations françaises, les radios indépendantes ont massivement investi dans cette technologie, tant au niveau financier que sur le plan humain, elles représentent entre 45 et 65 % des radios accessibles dans ces zones. Plusieurs d’entre elles (notamment Chante France, Jazz Radio, Générations, Latina, M Radio, OUI FM, Radio Bonheur, Radio Crooner, Radio Maria France, France Maghreb 2, Sud Radio, Virage…) ont présenté un dossier de candidature dans le cadre de l’appel métropolitain clôturé hier et attendent que le CSA leur accorde une juste place aux côtés de groupes nationaux, également candidats après de nombreuses années d’hésitation.

La radio arrive aujourd’hui à un tournant de son histoire : dans les prochains jours, le CSA constatera le franchissement du seuil de 20% de la population couverte par le DAB+. Cela déclenchera les obligations légales d’intégration de cette technologie dans les récepteurs radio à l’échelle industrielle et permettra un équipement massif des Français dans les 18 prochains mois. Le SIRTI salue le volontarisme et la mobilisation importante du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel dont le rôle a été déterminant pour cette réussite.

Pour Alain Liberty, président du SIRTI : « Nous sommes heureux de la formidable accélération du déploiement du DAB+ que nos adhérents ont tant soutenu depuis plus de 10 ans. C’est une opportunité exceptionnelle pour le média radio et au premier plan pour les radios indépendantes de pouvoir accompagner leur public dans cette transformation des usages. Le ralliement in extremis des groupes nationaux vient conforter nos prises de position sur le sujet et nous incitent à prôner l’union des acteurs de la radio pour promouvoir tous les avantages du DAB+, à la fois, auprès des auditeurs et des pouvoirs publics ».

Les bénéfices du DAB+ sont nombreux : un son HD, une continuité de réception, notamment en mobilité, un accès libre, gratuit et anonyme, une norme européenne présente dans quelques mois dans toutes les voitures, une technologie « IP-compatible » ouvrant de nouvelles perspectives dans le futur écosystème de la radio ou encore un enrichissement de l’expérience auditeur grâce aux données associées.

Désormais, et afin de garantir pleinement le succès du DAB+ à l’échelle métropolitaine à horizon 2020, le SIRTI appelle à :

  • Un positionnement clair de Radio France et de son autorité de tutelle sur sa volonté à participer au déploiement du DAB+aux côtés des opérateurs privés nationaux et indépendants ;
  • Un soutien explicite et concret des pouvoirs publics dans cette transition numérique de la radio. Le SIRTI rappelle sa proposition consistant en la création d’un crédit d’impôt pour les dépenses engagées par les éditeurs dans la radio numérique terrestre. À l’instar des dispositifs existants en faveur du cinéma, de la production audiovisuelle, de la musique enregistrée ou de la production de spectacles, un crédit d’impôt pour le secteur de la radio constituerait un mécanisme d’accompagnement des investissements dans le DAB+ à un moment clef de son processus de déploiement. Cet avantage fiscal permettrait d’envoyer un signal positif au secteur radiophonique tout en assurant la préservation du modèle hertzien et de l’exception culturelle française.

Lancement du DAB+ à Lille le 19 juin.

Communiqué de presse 

 51 RADIOS DESORMAIS DISPONIBLES EN DAB+ DANS LES HAUTS-DE-FRANCE Accélération du DAB en France 

Après Paris, Marseille et Nice, la radio en DAB+ est désormais disponible à Lille et dans les Hauts-de-France avec le lancement de 51 stations. La radio hertzienne poursuit ainsi sa transition numérique et s’inscrit dans la dynamique européenne. Il s’agit d’un ambitieux plan de déploiement national mené sous l’impulsion du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). 

70% de la population Française couverte en 3 ans 

La stratégie du CSA, dite « plan des noeuds et des arcs », rendra d’ici 2020 le DAB+ accessible à 70% de la population métropolitaine. En trois ans, seront couverts les grandes agglomérations, les « noeuds », et les principaux axes routiers, les « arcs ». 

Dans les prochains mois, le déploiement du DAB+ se poursuivra en Alsace, en Rhône-Alpes, en Normandie, en Bretagne, en Gironde et en Occitanie. Par ailleurs, un appel aux candidatures multirégional sur quinze zones ainsi qu’un appel aux candidatures métropolitain seront lancés prochainement. 

La révolution numérique de la radio 

Le DAB+ s’appuie sur les qualités de la diffusion hertzienne (fiabilité du réseau, gratuité pour l’auditeur, anonymat d’écoute), tout en apportant des nouveautés : son de haute qualité, réception continue en mobilité, services numériques associés. 

Le DAB+ permettra d’élargir l’offre de radios avec plus de programmes locaux, régionaux, thématiques, musicaux ou généralistes. À titre d’exemple, 36 des radios parmi celles qui rejoignent l’aventure DAB+ aujourd’hui n’étaient pas présentes dans le Nord ou le Pas-de-Calais : 171 radios sont totalement nouvelles pour les habitants du Nord et du Pas-de-Calais, 122 étaient déjà présentes dans ces départements mais sont désormais plus largement accessibles et 73 ne sont accessibles sur les ondes qu’en DAB+. 

L’offre de radio en DAB+ est très large, elle regroupe à la fois des radios généralistes comme Sud Radio, des radios publiques comme RFI ou FIP, des radios musicales nationales, des radios musicales comme FG ou Latina, des radios locales comme Metropolys ou Radio 6, des radios thématiques comme RCF ou Radio Orient et des radios associatives. 

Une couverture importante pour une diffusion dans le Nord et le Pas-de-Calais 

4 autres zones en complément de celles de Lille et de Lille étendu (tout le Nord moins Hirson, Avesnes-sur-Helpe et Maubeuge) ont été définies par le CSA pour couvrir : 

– Douai-Lens-Béthune-Arras-Saint-Pol-sur-Ternoise-Douvrin-Isbergues, 

– Valenciennes-Maubeuge-Cambrai-Hirson-Avesnes-sur-Helpe, 

– Dunkerque-Saint-Omer-Hazebrouck, 

– Calais-Boulogne-sur-Mer-Hesdin-Montreuil. 

Les zones de Lille, Dunkerque-Saint-Omer-Hazebrouck, Calais-Boulogne-sur-Mer-Hesdin- Montreuil sont lancées le 19 juin. Les zones de Douai-Lens-Béthune-Arras-Saint-Pol-sur- Ternoise-Douvrin-Isbergues, Valenciennes-Maubeuge-Cambrai-Hirson-Avesnes-sur-Helpe seront lancées d’ici la fin de l’été. 

Pour Nicolas Curien, Conseiller du CSA, Président du groupe de travail « Radio » : L’ouverture du DAB+ à Lille et dans les Hauts-de-France est à la fois une chance pour la région et une promesse de réussite pour l’ambitieux plan de déploiement 2018-2020 fixé par la feuille de route du CSA. La radio s’enrichit du plus apporté par le numérique ». 

Pour Marie-Christine Saragosse, Présidente-directrice générale de France Médias Monde : 

« Entre l’océan numérique où l’on peut se noyer et les ressources limitées en fréquences analogiques, la radio numérique terrestre DAB+ ouvre un espace de liberté et de diversité. C’est une opportunité formidable pour RFI, la radio internationale publique, d’être présente de façon ciblée en France, comme aujourd’hui à Lille, à destination d’auditeurs issus d’ici ou d’ailleurs, et qui ont en commun d’être curieux du monde.