DAB+ : Lancement de l’offre métropolitaine / Communiqué

Communiqué de presse / 11 octobre 2021

DAB+ :  Lancement de l’offre métropolitaine

LE SIRTI RENOUVELLE LA DEMANDE D’AIDES À LA DIFFUSION ET ŒUVRE À LA MISE EN PLACE D’UNE ASSOCIATION SECTORIELLE DE PROMOTION DU DAB+

Le déploiement du DAB+, la radio numérique terrestre, se poursuit ce 12 octobre avec le lancement « Métropolitain » qui amorce le déploiement d’une offre de radios à l’échelle nationale, dont trois radios indépendantes, sur l’axe Paris-Lyon-Marseille. Dans ce contexte, le SIRTI œuvre à la mise en place d’une association sectorielle pour promouvoir ce nouveau mode de diffusion et appelle le Gouvernement à accompagner les radios dans la mise en place du DAB+.

Les radios indépendantes ont toujours été à l’avant-garde de la diffusion du DAB+ : aujourd’hui déjà plus de 30% de la population est couverte et dans chaque région qui « s’allume » progressivement, les radios indépendantes représentent plus de la moitié (environ 60%) de l’offre de radios disponibles, voire 80% dans plusieurs zones locales. Elles sont mobilisées depuis 2008 et ont été les premières à diffuser en DAB+ à Paris ou Marseille en 2014. Depuis 7 ans, de nombreuses radios indépendantes supportent donc les coûts d’une double diffusion et cela alors que le déploiement métropolitain n’a cessé de prendre du retard.

Le SIRTI, au nom de ses adhérents, se réjouit de la nouvelle étape franchie dans le déploiement de cette technologie qui garantit à la fois un accès libre, anonyme et gratuit à la radio, et en même temps la maîtrise de la diffusion pour les éditeurs comme pour les pouvoirs publics qui les autorisent. Le syndicat ne peut qu’appeler qu’à un soutien du Gouvernement. Celui-ci peut prendre la forme d’un renouvellement de l’aide à la diffusion pour l’année prochaine ou d’un accompagnement plus spécifique pour le DAB+. En effet, les coûts de double-diffusion restent importants et il est essentiel, comme ça avait été le cas de la TNT en son temps, d’accompagner les radios à la sensibilisation du grand public de ce nouveau mode de diffusion.

En attendant un appui du Gouvernement, le SIRTI, avec de nombreux acteurs du secteur, œuvre à la mise en place d’une association qui permettra le lancement d’actions de communication et d’information autour du DAB+ ainsi que la coordination des actions autour du développement de cette technologie de diffusion auprès du grand public, des acteurs économiques et des institutions, tant au niveau national que local.

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « Le développement du DAB+ offre au média radio un son de meilleure qualité, des services supplémentaires et une écoute plus simple, notamment en mobilité ; tous les atouts du numérique, sans les inconvénients. Car le DAB+ est également un enjeu essentiel de souveraineté en préservant un lien direct avec les auditeurs, sans passer par les GAFAM ou les opérateurs de télécom. Avec le DAB+, tout en se modernisant, la radio reste régulée, c’est une garantie sur la liberté de l’information et l’exigence de fiabilité, qui aujourd’hui n’a pas de prix. Pour toutes ces raisons, les radios indépendantes ont commencé à diffuser en DAB+ dès 2014. Avec l’étape franchie aujourd’hui, nous avons besoin d’aide pour nous soutenir le coût de la double diffusion FM et DAB+, mais aussi pour sensibiliser le grand public à l’adoption de cette nouvelle technologie et de ses avantages. »

+ d’infos sur le DAB+ : https://www.dabplus.fr/

Rendez-vous le 25 novembre pour la 1ère édition des Assises de l’audiovisuel local

> Inscriptions en ligne ici pour les radios adhérentes : https://sirti.typeform.com/lesassises2021

> Infos : lesassises@sirti.info / 01.45.43.80.05

Le SIRTI et Les Locales TV ont le plaisir de vous inviter à la première édition des Assises de l’audiovisuel local le 25 novembre 2021 à Paris, de 9h30 à 17h, au Cloud Business Center.

Cette journée, sous le parrainage de Madame la Ministre de la Culture qui ouvrira les débats, sera placée sous le signe des enjeux de l’audiovisuel local privé : ses forces, son ancrage, sa capacité d’innovation et ses besoins d’accompagnement par les pouvoirs publics et de financement. 

Le SIRTI et les Locales TV remercient les partenaires associés à cet évènement : TDF, AUDIENS, Médiamétrie, la SACEM et VALOCAST

Avec le soutien du Ministère de la Culture

Communiqué de presse / Crise sanitaire: 85% des radios indépendantes ont demandé à bénéficier du fonds de soutien

Alors que le fonds de soutien à la diffusion annoncé à l’été 2020 a enfin été débloqué, l’ensemble des radios du SIRTI éligibles ont déposé une demande pour en bénéficier. Dans un contexte où le marché publicitaire local reste tendu, précarisant les radios pour la saison radiophonique à venir, le SIRTI demande la reconduction du fonds de soutien ainsi que du crédit d’impôt création et la mise en place d’une aide au déploiement du DAB+.

Les radios locales ayant beaucoup souffert de la crise sanitaire, perdant un quart de leur chiffre d’affaires en 2020 vs 2019, le fonds d’aide à la diffusion hertzienne était très attendu par toutes les radios adhérentes du SIRTI. Il a donc été très largement sollicité : sur les 176 radios adhérentes, 85% d’entre elles ont déposé une demande, soit 150 éditeurs, l’ensemble des radios éligibles au dispositif a donc demandé à en bénéficier.

Ce fonds de soutien leur est d’autant plus indispensable que les conséquences de la crise sanitaire sont encore aujourd’hui très fortes : les baisses du chiffre d’affaires local se poursuivent en 2021 avec encore -30% de pertes au premier semestre 2021 vs 2019. Ces conséquences sont d’autant plus fortes pour les radios très présentes dans les territoires. Plus une radio est locale, plus elle est dans la proximité avec ses auditeurs et plus les difficultés qu’elle rencontre sont importantes car elle dépend avant tout de ses revenus locaux. L’impact de la baisse de la publicité locale va amener une véritable crise de compétitivité pour les radios : moins de recettes donc moins de moyens à investir dans les contenus… un cercle vicieux pour des éditeurs qui sont souvent le seul relais radio au cœur des territoires comme pendant les moments difficiles traversés par les Français l’année dernière.

Les radios indépendantes, mobilisées au cœur des territoires, ont obtenu en 2020 un appui inédit du Gouvernement face à l’impact économique de la crise sanitaire via le fonds d’aide à la diffusion hertzienne et un crédit d’impôts temporaire de 15% en faveur des diffuseurs. Cependant, les difficultés économiques que rencontrent les radios rendent nécessaire la reconduction de ces dispositifs pour l’année 2021 sur la base d’un bilan rapide du dispositif comme vient de le demander au Gouvernement le rapporteur général sur le projet de loi de finances rectificatif 2021 lors d’un débat au Sénat ce jeudi 1er juillet.

Le SIRTI soutient également la mise en place d’une aide au déploiement du DAB+ dans le cadre du plan de relance. Avec 30% de la population couverte en France, le DAB+ est un mode de diffusion qui nécessite plusieurs dizaines de millions d’euros d’investissement pour le média radio, et dont le déploiement doit considérablement s’accélérer pour couvrir tout le territoire d’ici 2023. Sans un accompagnement financier de l’État, les radios indépendantes ne seront pas en mesure d’en supporter le coût, accentuant encore un peu plus le retard de la France par rapports aux autres pays européens sur cet enjeu stratégique.

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « Les radios indépendantes, bien souvent des PME ou des TPE, sont exclusivement financées par la publicité, elles jouent un rôle majeur en France en permettant l’existence d’un paysage audiovisuel ancré dans les territoires, d’une offre radiophonique qui assure la mise en avant de tous les courants musicaux et de toutes les sensibilités ou origines. Mais elles sont fragilisées par la crise. L’énorme pression qui pèse sur notre média va s’inscrire dans la durée entraînant une crise profonde du système de financement de la radio pour au moins 2 ou 3 ans. Sur la fin de l’année 2020 et le 1er semestre 2021, les confinements, les couvre-feux et le télétravail ont affecté l’économie locale tout comme l’audience de nos radios. Le renouvellement de ces dispositifs et la création d’une aide pour le DAB+ sont donc indispensables au maintien du pluralisme radiophonique en France car, sans elles, de nombreuses radios adhérentes du SIRTI, radios locales au plus proche des territoires, devront prendre des décisions économiques, sociales ou éditoriales difficiles. »

SIRTI : DEUX ADMINISTRATEURS RENOUVELÉS

Alors que le SIRTI vient de clôturer son assemblée générale, deux administrateurs ont été réélus et de nombreuses personnalités ont pu exprimer aux radios indépendantes tout leur soutien.

Le SIRTI a fait le bilan de ses travaux auprès de ses adhérents lors de son Assemblée Générale qui vient de se tenir à distance. De nombreuses actions ont été menées par le syndicat pour soutenir les radios indépendantes, concrétisées notamment par la mise en œuvre d’un fonds d’aide à la diffusion dans un contexte sanitaire qui précarise l’emploi dont le bénéfice a été sollicité par la quasi-totalité des radios iqu’il représente, l’engagement à une publicité plus responsable ainsi que les travaux sur des mesures qui garantissent un environnement économique équitable pour les radios privées.

L’Assemblée Générale a procédé au renouvellement partiel de son Conseil d’Administration, ont été réélus :

• Régis Picot, Radio VFM ;

• Et Philippe Vives, Sud Radio.

Le Conseil d’Administration du SIRTI est donc à présent composé de :

• Alain Liberty, Vibration – Président ;

• Aude Binder, DKL Dreyeckland – Trésorier ;

• Christophe Schalk, Top Music – Secrétaire national ;

• Aurélie Bertereau, Hit West ;

• Olivier Fabre, 100% Radio ;

• Régis Picot, Radio VFM ;

• Philippe Vives, Sud Radio.

Cette Assemblée Générale a également été l’occasion d’un moment d’échanges, articulé autour de différents invités qui ont pu s’adresser aux adhérents comme Jean-Noël Troc, Directeur Général de la Sacem, Hervé Godechot, Conseiller du CSA en charge de la radio, Geoffroy Roux de Bézieux, Président du Medef et Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement. Celui-ci a ainsi pu remercier les radios indépendantes pour leur action pendant la crise sanitaire : « Vous êtes la voix des territoires, vous en relayez les espoirs, vous en relayez les identités, la culture. (…) Merci d’avoir continué à émettre, merci d’avoir continué à informer les Français, à les divertir, merci d’avoir accompagné les Français dans cette crise. »

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « Les radios indépendantes sont confrontées à des évolutions majeures d’évolution des modes d’écoute tout comme des modes de diffusion. Le modèle économique et de régulation de la radio doit être repensé à l’aune de ces changements, et nous serons plus que jamais mobilisés pour la défense des radios indépendantes dans un contexte où l’atonie du marché publicitaire local les fragilise et où la concurrence avec les GAFA s’intensifie. »

Dans ce contexte, le SIRTI sera prochainement co-organisateur des Assises de l’audiovisuel local avec Locales.TV, elles se tiendront à l’automne sous le parrainage de Madame la ministre de la Culture.

Mise en œuvre du crédit d’impôt “création” en faveur des radios

Validation du crédit d’impôt création en faveur des radios 
Le dispositif transitoire de crédit d’impôt en faveur des radios a été validé par la Commission européenne.

Nous attendions depuis de longs mois la confirmation de cette mesure négociée et obtenue dans la loi de finances en juillet 2020 (PLFR3), elle se concrétise aujourd’hui comme vient de l’annoncer le Ministère de la Culture.

Rappelons les conditions de cette mesure qui doivent être précisées par un Décret publié prochainement :
– Sont éligibles à ce crédit d’impôt : les redevances de droits d’auteur et droits voisin (principalement les paiements à la SACEM et à la SPRé), versées pour la période du 1er mars au 31 décembre 2020
– Le crédit d’impôt est d’un montant de 15%
– Le bénéfice de ce crédit d’impôt est soumis à une diminution de chiffre d’affaires d’au moins 10% sur la période du 1er mars 2020 au 31 décembre 2020 par rapport à la même période sur 2019
– La somme totale de crédits d’impôt accordés par entreprise ne peut excéder le montant de la diminution de chiffre d’affaires déterminée sur la période
– Ce crédit permet de diminuer le niveau d’impôt sur les sociétés et sera versé directement, s’il dépasse le montant de l’impôt dû.

Comme pour le fonds d’aide à la diffusion, une Foire aux Questions est proposée.

FAQ crédit d’impôt création / Article 49 de la loi de finance rectificative du 30 juillet 2020

> Qui peut bénéficier du crédit d’impôt mis en place ?
Les bénéficiaires de ce crédit d’impôt sont toutes les entreprises exerçant l’activité d’éditeur de services de télévision, de services de radio ou de services de médias audiovisuels à la demande.
> Quelles dépenses sont éligibles à ce crédit d’impôt ?
Les redevances versées aux organismes de gestion collective des droits d’auteurs et des droits voisins, (SACEM et Spré principalement mais également SCPP ou SPPF pour du droit exclusif par exemple) ainsi que les rémunérations versées directement aux auteurs sur la période allant du 1er mars au 31 décembre 2020.
Il s’agit des dépenses comptabilisées en charge par votre société sur la période du 1er mars au 30 décembre 2020, peu importe que ces dépenses aient ou n’aient pas été payées/décaissées.
> Quel est le montant du crédit d’impôt ?
Le crédit d’impôt est égal à 15% des dépenses susvisées.
Les éventuelles subventions publiques non remboursables reçues par vous et directement affectées aux dépenses couvertes par ce crédit d’impôt sont à déduire de la base de calcul (Important : il ne faut pas prendre en compte le dispositif d’aide à la diffusion)
> Quelles sont les conditions pour accéder au crédit d’impôt ?
Le bénéfice de ce crédit d’impôt est soumis à une diminution de chiffre d’affaires d’au moins 10% sur la période du 1er mars 2020 au 31 décembre 2020 par rapport à la même période sur 2019.
> Quels sont les principes encadrant le montant du crédit d’impôt ?
Le montant total de l’aide ne pourra être supérieur à la perte du chiffre d’affaires sur la période du 1er mars au 31 décembre 2020 ; 
> Est-ce que ce crédit d’impôt est exclusif ? 
Oui. C’est-à-dire que les dépenses entrant dans les bases de calcul de ce crédit d’impôt ne peuvent être également prise en compte pour un autre crédit d’impôt.
> Comment vais-je en bénéficier ? 
Il vous suffit de l’indiquer au sein de la déclaration de revenus de votre société et son montant sera automatiquement déduit du montant de votre impôt sur les sociétés.
Si vous avez déjà procédé à votre déclaration vous avez normalement jusqu’au 30 juin 2021 pour procéder à sa rectification sur le site des impôts.
Si le montant du crédit d’impôt excède l’impôt dû au titre de cet exercice, l’excédent vous sera restitué directement.
> Est-il reportable sur l’année 2021 ?
Si vous avez d’ores et déjà clôturé votre exercice 2020 vous pourrez normalement en bénéficier en l’incluant dans votre exercice 2021 et donc en l’indiquant au sein de votre déclaration 2022 sur vos revenus 2021.