CRISE DU COVID-19 : LES RADIOS INDÉPENDANTES TOUJOURS TRÈS AFFECTÉES : 33 % D’ENTRE ELLES ONT DÛ SUPPRIMER DES EMPLOIS, 73 % NE SONT PAS CONFIANTES DANS UNE REPRISE RAPIDE

CRISE DU COVID-19 : LES RADIOS INDÉPENDANTES TOUJOURS TRES AFFECTÉES 33 % D’ENTRE ELLES ONT DÛ SUPPRIMER DES EMPLOIS 73 % NE SONT PAS CONFIANTES DANS UNE REPRISE RAPIDE

En cette rentrée radiophonique particulière, le SIRTI dévoile les résultats de la troisième étude menée auprès de ses adhérents sur les conséquences de la crise sanitaire.

Les radios indépendantes, présentes auprès des Français au plus fort de la crise, malgré le fort impact économique sur leurs structures La crise économique liée à l’épidémie de Covid-19 a tout particulièrement frappé les radios de proximité, elles qui ont pourtant maintenu leurs programmes au plus fort du confinement et su créer du lien social avec les Français au cœur des territoires. Elles étaient souvent les seules radios présentes en local pour assurer l’information des citoyens.

Des conséquences importantes sur l’emploi Comme elles le redoutaient, la crise économique, qui frappe le marché local et affecte durement les recettes publicitaires en région, a des conséquences inévitables sur l’emploi. 1 radio indépendante sur 3 (33%) a procédé à des suppressions d’emplois. Si un retour à l’activité normale ne se confirme pas rapidement, 79% des radios indépendantes déclarent qu’elles réduiront encore leur masse salariale en 2021.

Un marché publicitaire toujours très fragile Malgré une tendance optimiste sur le marché national, la publicité locale, qui représente environ 50% du chiffre d’affaires des radios indépendantes, est toujours en fort repli. En moyenne, les radios indépendantes accusent une baisse de chiffre d’affaires local de 32% par rapport à 2019 pour les mois de juin à août. Un chiffre qui s’explique notamment par l’arrêt des activités évènementielles et touristiques. 73% des radios ne sont pas confiantes dans une reprise du marché publicitaire local avant 2021.

L’indispensable accompagnement de l’État pour redonner de la compétitivité aux radios indépendantes.

Si 88% des radios indépendantes saluent les aides des pouvoirs publics comme le fonds de soutien à la diffusion hertzienne FM et DAB+ de 30 millions d’euros ou pour 93% d’entre elles, le crédit d’impôt dit “création”, applicable aux redevances SACEM et SPRé, il apparaît cependant nécessaire d’aller plus loin :

  • 92% des radios indépendantes estiment indispensable une exonération significative des cotisations URSSAF sur l’année 2020 ;
  • 71% appellent à la mise en place d’un plan de relance pour le média radio à l’image de ce qui a été fait pour la presse, le cinéma ou le spectacle vivant.

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « Malgré nos alertes et la mobilisation de plus d’une centaine de parlementaires, attachés aux médias de proximité dans leurs territoires, le Gouvernement a refusé notre demande d’exonération de charges sociales. Cette décision a eu des conséquences terribles sur des centaines d’emplois. Notre tissu de radios locales, particulièrement dynamique, a pourtant prouvé son rôle irremplaçable dans la création de lien social et l’information des populations. Il est temps de lancer un grand plan de relance du média radio. Soutenons nos radios françaises de proximité ».

Décès d’Alexandre Pagès / Les radios indépendantes en deuil

LES RADIOS INDÉPENDANTES EN DEUIL SUITE AU DÉC?S D’ALEXANDRE PAGÈS
Communiqué du SIRTI et du Groupement Les Indés Radios

Avec une profonde tristesse, les radios indépendantes expriment leurs condoléances suite au décès brutal d’Alexandre Pagès, victime de la Covid-19.
Âgé de 46 ans, homme de radio, engagé très tôt dans le secteur indépendant, Alexandre Pagès était dirigeant et fondateur d’ISA Groupe (radio ISA, radio Numéro 1, FC radio, N’Radio, Mistral FM, Perrine FM), un groupe dynamique de radios de proximité présent dans plusieurs régions françaises.
La collectivité des radios indépendantes perd aujourd’hui un brillant entrepreneur, passionné, qui portait haut les valeurs de l’indépendance et de la proximité.Nos pensées vont à sa famille, ainsi qu’à ses associés et collaborateurs.

Assemblée générale 2020 du SIRTI

En raison de la crise sanitaire qui nous touche depuis maintenant plusieurs mois, le Conseil d’administration du SIRTI a décidé de faire évoluer le format de l’Assemblée Générale Ordinaire et de mettre en œuvre conformément à l’article 19 des statuts du syndicat une réunion par correspondance avec votes en ligne.  

En application du nouvel article 11bis du règlement intérieur, le Conseil d’Administration a décidé d’ouvrir cette période d’Assemblée générale du 12 octobre au 10 novembre 2020.

Chaque adhérent recevra par courrier et e-mail les informations nécessaires pour voter.

Pour toute question, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe du SIRTI (info@sirti.info / 01 45 43 80 05).

Toutes les informations utiles à cette Assemblée Générale se trouvent également sur l’espace adhérents du SIRTI. (accès sécurisé)

NOMINATION DE ROSELYNE BACHELOT AU MINISTÈRE DE LA CULTURE : LES RADIOS INDÉPENDANTES À L’ÉCOUTE DE « LA MINISTRE DES TERRITOIRES »

NOMINATION DE ROSELYNE BACHELOT AU MINISTÈRE DE LA CULTURE : LES RADIOS INDÉPENDANTES À L’ÉCOUTE DE « LA MINISTRE DES TERRITOIRES »

Le SIRTI salue la nomination de Roselyne Bachelot au poste de Ministre de la Culture et demande la poursuite des actions engagées dans un contexte de précarisation de nombreuses radios locales.

Alors que le Ministère a pointé l’impact particulièrement fort de la crise sur le secteur de la culture 1 et de l’audiovisuel, et que Mme Bachelot a souhaité se définir, elle-même, comme la « Ministre des territoires », le SIRTI rappelle le rôle essentiel, au cœur des territoires, de lien social et culturel que les radios indépendantes ont joué pendant la crise mais aussi l’importance de la radio, le média de confiance des françaises et des français.

Profondément fragilisées par la crise, les radios indépendantes demandent la mise en œuvre urgente des mesures d’aides annoncées par l’État, notamment l’exonération des cotisations sociales et patronales, pour un montant estimé à 10 millions d’euros, et l’aide à la diffusion hertzienne et numérique des radios privées. Une action concrète pour laquelle plus d’une centaine de parlementaires se sont déjà mobilisés auprès du Ministère, en soutien des radios indépendantes.

Par ailleurs, le SIRTI appelle de ses vœux le maintien du projet de loi audiovisuelle dont les travaux en commission parlementaire permettaient de valoriser davantage la radio. La crise actuelle et l’évolution des attentes de nos concitoyens doivent permettre d’accélérer la reconnaissance et la protection de la création radiophonique. Une ambition vertueuse avec un double bénéfice : celui de protéger les contenus des radios françaises et de les valoriser afin de sortir d’un modèle économique entièrement dépendant de la publicité.

Le SIRTI, premier syndicat de la branche professionnelle de la radiodiffusion et premier employeur de la radio privée, représentant 170 radios adhérentes indépendantes, régionales, locales et thématiques, se tient à la disposition de la Ministre pour travailler en ce sens.

Les radios indépendantes, soutien puissant des artistes français, s’associent à la #ScèneFrançaise

Les radios indépendantes, soutien puissant des artistes français, s’associent à la #ScèneFrançaise

Partenaires de toujours de la filière musicale française, les radios indépendantes soutiennent massivement les artistes pendant cette crise. 

Les radios indépendantes valorisent depuis le début les artistes, jeunes talents ou artistes confirmés, ils sont tous sur les ondes des radios indépendantes, qu’elles soient thématiques (FG, Latina, M Radio, OÜI FM, Swigg, Chante France) ou régionales (Scoop, Alouette, Contact FM, Tendance Ouest, 100 %, Vibration, Evasion etc.) ou locales (Delta FM, Fréquence Plus, RMN, RTS, Océane FM, Inside Radio, RVM etc.) avec une exposition unique sur leurs ondes et/ou en ligne. 

Très présentes durant le confinement, les radios indépendantes ont permis aux artistes de maintenir un lien avec leur public, en les recevant à l’antenne. Elles sont revenues à la fois sur les initiatives solidaires des artistes (notamment sur les titres enregistrés ou les gestes solidaires), comme sur leur actualité musicale. Elles ont permis au spectacle vivant de continuer à exister en diffusant des concerts réalisés en confinement, en les relayant ou en rediffusant des concerts qu’elles avaient pu organiser. Ainsi la radio Alouette a accueilli pas moins de 10 artistes français en direct dans sa matinale pour le seul mois d’avril, de Bob Sinclar à Clara Luciani en passant par les Frangines ou Pascal Obispo, la radio s’est mobilisée pour la scène française.

Les exemples sont nombreux comme Radio Scoop qui a organisé des concerts avec des artistes dont Marina Kaye, Diva Faune, Elsa Esnoult, Dadju ou encore Tibz. La radio lyonnaise n’est pas la seule à mettre en avant les concerts, dans l’Ouest, la radio Hit West a fait de même avec les «?LIVE — Fait Maison?!?» de jeunes talents comme Mister Mat ou des artistes confirmés à l’image de Cali. Swigg à Paris a aussi partagé des «?lives session?», pour certaines totalement inédites, réalisées pour la station par Alonzo, Bramsito, Hamza, Kaaris, ou encore YL, quelques-uns des meilleurs artistes rap et r’n’b du moment. Il est difficile d’évoquer toutes les initiatives car quasiment toutes les radios ont organisé ou diffusé de nombreux concerts de la scène française : OÜI FM, Top Music, Sweet FM, Champagne FM, Contact, Forum,100%, FG, Totem, Inside radio, Voltage, Vibration ou encore Wit FM, au total, plus d’une centaine de radios s’est mobilisée pour la scène française. 

Et les radios indépendantes vont même plus loin en permettant aux artistes de retrouver la scène après le confinement.

Ainsi, dernièrement, la radio 100% a créé l’événement en organisant le premier concert «?drive-in?» en France le «?100 % live, dans la voiture?». Les spectateurs ont pu vivre une expérience inédite et redécouvrir le plaisir d’assister à un concert. Le concert a regroupé un plateau de différents artistes français comme TIBZ, La Deryves ou encore Boulevard des Airs. L’expérience sera reproduite à Tarbes pour la fête de la musique, avec là-encore des artistes de la scène française.

Les radios indépendantes sont aussi le partenaire de la tournée d’été organisée du 28 juillet au 29 août par BPIFrance, le BIG Tour, et vont permettre aux artistes de renouer avec la scène et leur public à travers 21 dates.

De nombreuses radios annoncent également l’organisation pour la rentrée de concerts comme la radio Vibration avec son Tour Vibration en septembre ayant réuni plus de 120 000 spectateurs en 5 dates lors de l’édition précédente.

Partenaires naturelles de l’opération #SceneFrançaise, les radios indépendantes s’engagent et soutiennent les artistes.